RESILIENCE vous aide à survivre au cancer avec un cœur solide

Partners

Nous comptons sur un consortium multidisciplinaire, où les différentes parties prenantes de ce processus font partie de l’étude, des scientifiques à l’industrie, et des prestataires de soins de santé (médecins et infirmières) aux patients. RESILIENCE est une entreprise centrée sur les patients, qui jouent un rôle clé dans le développement du projet, en étroite collaboration avec les prestataires de soins de santé (médecins et infirmières), les sociétés scientifiques et l’industrie. La défense des intérêts des patients sera centrale pendant toute la durée du projet.

RESILIENCEH2020

La fondation publique "Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares Carlos III" (CNIC) a été lancée en 2006. Le CNIC est un centre dédié aux maladies cardiovasculaires, dont la mission est de découvrir les causes des maladies cardiovasculaires (MCV), de traduire les découvertes de la recherche fondamentale en pratique clinique, promouvoir la santé dans la société et favoriser la formation et le mentorat de scientifiques et de médecins prometteurs.

Au cours de son existence relativement courte, le CNIC a construit une infrastructure inégalée et une puissante base de recherche interdisciplinaire qui englobe plusieurs disciplines et comprend des études de population et de patients.

Le directeur du CNIC est le Dr Valentin Fuster, un chercheur cardiovasculaire de premier plan et un cardiologue de renommée mondiale. Le CNIC a reçu trois fois (2011, 2015 et 2020) la distinction “Severo Ochoa” du gouvernement espagnol en reconnaissance de sa position internationale de premier plan dans la recherche cardiovasculaire.

Le CNIC dispose d’une structure de gestion agile qui favorise la formation et l’échange d’idées et d’expertise, ainsi que d’une infrastructure moderne inégalée d’unités techniques et de services de support. Plus important encore, le CNIC est financé par une entreprise innovante entre le secteur public et un partenaire privé, la Fondation Pro-CNIC, qui injecte non seulement une sécurité financière supplémentaire, mais également la vaste expertise commerciale et de gestion de certaines des plus importantes sociétés espagnoles. entreprises. Le CNIC bénéficie également du soutien externe et des conseils de son Conseil Scientifique, composé d’experts internationaux de premier plan qui orientent la stratégie et le recrutement et évaluent régulièrement les performances du CNIC.

Le bâtiment du CNIC a une surface au sol totale de 28 144 m2 et peut accueillir 383 scientifiques (60 % de femmes). Le CNIC fait partie des centres espagnols ayant la capacité de formation la plus élevée et est organisé pour maximiser la collaboration entre les chercheurs fondamentaux et cliniques et pour encourager la mise en réseau avec les hôpitaux. 32 groupes de recherche (7 dirigés par des cliniciens) sont répartis dans 5 programmes: (1) Nouveaux mécanismes de l’athérosclérose; 2) Homéostasie myocardique et lésion cardiaque; 3) régénération CV; 4) Nouveaux mécanismes arythmogènes; 5) Facteurs de risque CV et fonction cognitive.

Le CNIC est doté d’équipements technologiques de dernière génération. La majeure partie du bâtiment est consacrée à des laboratoires dotés des services et des installations nécessaires pour effectuer des recherches biomédicales de haute qualité dans un environnement ouvert qui favorise une collaboration et une communication maximales entre les groupes de recherche. Les principales installations de soutien comprennent la protéomique, la génomique, l’animalerie, la microscopie, la cytométrie, la microscopie dynamique et quantitative, le ciblage génétique et les suites de culture cellulaire.

Le CNIC est doté d’une technologie d’imagerie de pointe inégalée, avec des installations indépendantes dédiées à l’imagerie clinique (imagerie par résonance magnétique numérique 3T, PET/CT hybride, équipement à ultrasons), à l’imagerie des grands animaux (IRM numérique 3T, PET/CT hybride, tomographie à cohérence optique, équipement à ultrasons) ) et imagerie du petit animal (IRM 7T, microTEP/CT, ultrasons haute fréquence, imagerie optique et de fluorescence). Le CNIC a été récompensé par le gouvernement en tant qu’infrastructure scientifique et technique nationale unique engagée dans la transmission et la préservation des connaissances, le transfert de technologie et l’innovation (http://www.redib.net/)-

Au cours de la dernière décennie, le CNIC a attiré plus de 125 M€ de sources compétitives, dont plus de 40 M€ de fonds internationaux. Le CNIC coordonne actuellement 3 subventions H2020-SANTÉ et est partenaire de 6 autres subventions majeures H2020.

Le CNIC compte 31 groupes de recherche et a participé à 34 projets financés dans le cadre du FP7 et 23 dans le cadre d’H2020 (plus de 30 projets actuellement actifs). Cette participation comprend 11 bourses ERC et 21 actions Marie Curie.

Concernant les autres résultats, le transfert de technologie est important au centre, le portefeuille de brevets du CNIC est actuellement composé de 18 familles de brevets, dont 4 sous licence. En 2018, le CNIC a déposé 7 demandes de brevet et a conclu 2 nouvelles collaborations privées-publiques avec l’industrie. En 2020, les chercheurs du CNIC ont publié 289 documents (80 % d’articles), et plus de la moitié d’entre eux étaient des publications dirigées par le CNIC. Une proportion importante a été publiée dans des revues de premier plan (IF>10).

Le CNIC est très présent dans la recherche clinique, coordonnant actuellement plus de 10 essais cliniques randomisés, dont l’essai SECURE financé par H2020, et le plus grand essai en Europe sur le rôle des βbloquants dans l’infarctus du myocarde (REBOOT, où 8500 patients sont en cours d’inscription dans plusieurs pays de l’UE). Certains des essais dirigés par le CNIC ont modifié les recommandations des directives de pratique clinique (comme les essais FOCUS et METOCARD-CNIC).

En raison de sa participation très active et de son leadership dans les essais cliniques, le CNIC a lancé en 2018 une unité de coordination des essais cliniques (CTCU) qui agit en tant que CRO académique non seulement pour les essais menés par le CNIC mais également pour les essais non industriels ayant des objectifs alignés avec le centre´ la mission. Grâce au CTCU, le CNIC se positionne comme un centre européen de premier plan dans le domaine des essais cliniques.

Amsterdam UMC est l'un des plus grands hôpitaux universitaires des Pays-Bas et se compose de 2 sites: Amsterdam UMC, site AMC (Academic Medical Center) et Amsterdam UMC, site VUMC (Vrije Universiteit Medical Center). Les deux sites ont fusionné au niveau du conseil d'administration et également au niveau des départements cliniques, mais sont toujours 2 entités juridiques.

L’entité juridique qui signera le contrat avec la CE est l’AMC. L’UMC d’Amsterdam fournit des consultations hématologiques à un grand nombre d’hôpitaux aux Pays-Bas et est le centre de référence pour les soins tertiaires de ces hôpitaux. La mission du département d’hématologie est de guérir plus de patients atteints de cancer avec des traitements moins toxiques et plus ciblés.

Prof. Kersten (département d’hématologie AMC) et dr. Chamuleau (département d’hématologie VUMC) sont coprésident et secrétaire du conseil d’administration du groupe HOVON lymphome et prof. Kersten est président du consortium HOVON/LLPC phase I/II. Le professeur Kersten est également impliqué dans le consortium BETER, qui vise à améliorer les soins aux survivants de Hodgkin et de la LNH. Elle est l’un des chefs de projet du projet ”Cardiotoxicité et risque secondaire de cancer après traitement du lymphome non hodgkinien agressif à cellules B” (747.568€) de la Société néerlandaise du cancer, visant à établir le risque de cardiotoxicité du R-CHOP en effectuant à la fois une analyse rétrospective et une étude prospective transversale cas-témoins des patients traités par R-CHOP et de leurs frères et sœurs. Ce projet fournira des données importantes sur le risque réel de cardiotoxicité et les facteurs de risque supplémentaires de cardiotoxicité des patients traités au R-CHOP

La Société européenne de cardiologie (ESC) est un leader mondial dans la diffusion des meilleures pratiques en médecine cardiovasculaire. Il s'agit d'une société médicale à but non lucratif dirigée par des bénévoles dont les membres et les décideurs sont des scientifiques, des cliniciens, des infirmières et des professionnels apparentés travaillant dans tous les domaines de la cardiologie.

L’ESC réunit des sociétés cardiaques nationales du monde entier, dont 57 pays de l’UE et du bassin méditerranéen. Ce réseau unique lui permet de comprendre l’impact des maladies cardiovasculaires et de faire progresser la science cardiovasculaire.

La mission de l’ESC est de réduire le fardeau des maladies cardiovasculaires. Il le fait en:

Recherche: L’ESC utilise des données impartiales et réelles qui illustrent ce qui se passe en cardiologie aujourd’hui. L’ESC contribue à l’incubation, à l’innovation et à la gestion de programmes de recherche de classe mondiale liés au domaine cardiovasculaire. Il mène des recherches en s’appuyant sur l’expertise des membres institutionnels de l’ESC et des réseaux internationaux, dont 21 registres, impliquant 150 000 patients dans 89 pays. L’ «ESC Atlas of Cardiology» rassemble les données de plus de 40 réalités de santé. Il met en évidence les lacunes et les inégalités en médecine cardiovasculaire aujourd’hui et constitue un outil précieux dans le programme de plaidoyer de l’ESC. Le CES est également impliqué dans de nombreux projets de recherche financés par l’UE et accorde des subventions à des particuliers pour soutenir l’excellence dans la recherche.

Engagement des patients: En 2018, l’ESC a créé le Forum des patients pour que les professionnels et les patients travaillent ensemble afin d’apporter une contribution significative à tous les objectifs de l’ESC, des congrès et des ressources pédagogiques aux lignes directrices et au plaidoyer de l’ESC. Il rassemble 25 patients de 11 pays d’Europe. Chaque patient a une expérience personnelle des maladies cardiovasculaires.

L'hôpital universitaire Fundación Jimenez Diaz est une institution universitaire liée à l'Université autonome de Madrid avec une école de médecine et d'infirmières.

Cet établissement dispose également d’un Institut de Recherche en Santé agréé par les Autorités Régionales de Santé, avec un pôle de recherche axé sur le cancer et le lymphome et un IRB/EC local. Il s’agit de la première institution à Madrid et la deuxième en Espagne avec une unité multidisciplinaire de lymphome travaillant dans l’Institut Oncohealth, le centre complet de cancérologie de l’hôpital universitaire Fundacion Jimenez Diaz. Cette unité multidisciplinaire compte des membres des départements d’hématologie (dirigé par Raul Cordoba, MD, PhD), de pathologie, de soins infirmiers, de radiologie, de médecine nucléaire, de pharmacie, de gériatrie et de dermatologie.

Dans l’unité du lymphome, il existe deux programmes multidisciplinaires: le programme d’hématologie gériatrique en collaboration avec la gériatrie pour adapter la thérapie aux personnes âgées atteintes d’un lymphome; et le Programme de cardio-oncologie, en collaboration avec le Département de cardiologie, pour surveiller les toxicités cardiovasculaires chez les patients atteints de cancer

L'Université d'Aarhus (créée en 1928) est devenue une grande université danoise jouissant d'une solide réputation internationale dans l'ensemble du spectre de la recherche. La vision de l'Université d'Aarhus est d'être une université à forte intensité de recherche qui aspire à la plus haute qualité internationale et excelle dans la création de valeur grâce aux connaissances, aux nouvelles idées et à la collaboration, en plus de faciliter les connexions entre le Danemark et le monde.

La vision de l’Université d’Aarhus pour 2025 sera réalisée en mettant l’accent sur des engagements stratégiques tels que la génération de connaissances et de percées dans la recherche grâce à une recherche libre et indépendante de la plus haute qualité internationale, la génération de l’innovation dans des entreprises et des startups établies des secteurs public et privé grâce à la collaboration, tant en interne qu’avec des partenaires externes et l’intensification de l’échange de talents et de connaissances, au niveau local, national et mondial.

Au sein de sa faculté de santé, le département de médecine clinique est une organisation sans brique qui mène à la fois de la recherche fondamentale en sciences de la santé et de la recherche clinique dans toutes les spécialités médicales en collaboration avec l’hôpital universitaire d’Aarhus et les hôpitaux régionaux de la région centrale du Danemark. Ses activités de recherche sont menées en collaboration avec des chercheurs de renommée internationale au Danemark et à l’étranger. Chiffres clés: 1) Environ 30 000 mètres carrés d’installations de recherche; 2) env. 2 100 publications par an; et 3) Chiffre d’affaires de la recherche: env. 600 millions de DKK (le financement externe représente 60 %). En ce qui concerne les installations de recherche, il est précisé:


Au sein du département de cardiologie, il existe un fort intérêt pour le rôle du conditionnement ischémique dans la protection des organes. Le « Cardioprotection et métabolisme myocardique », dirigé par le professeur Botker, est un groupe de recherche translationnelle et clinique qui utilise des modèles animaux petits et grands pour étudier la base moléculaire et la modulation du métabolisme dans la cardioprotection contre les lésions d’ischémie/reperfusion, puis se traduit par des études humaines. Le groupe a mené plusieurs essais cliniques randomisés testant l’effet du RIC dans l’infarctus aigu du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux et d’autres affections aiguës.

IPOL est une référence internationale pour les soins en oncologie dont la mission est d'investiguer, d'éduquer, de prévenir, de diagnostiquer, de traiter et de réhabiliter les patients atteints de cancer. Des plans de traitement complets, définis par des équipes multidisciplinaires, comprennent des plans de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie, de suivi et de survie.

IPOL est le plus grand centre portugais de lutte contre le cancer avec une zone d’influence couvrant près de quatre millions de personnes (sud du Portugal et îles de Madère et des Açores). L’IPOL reçoit plus de 6 000 nouveaux cas par an et est actuellement responsable du suivi de plus de 57 000 patients. Le Centre de Recherche de l’IPOL coordonne une unité support (biobanque tumorale) et cinq unités fonctionnelles (fondamentale/translationnelle, clinique et épidémiologie), consacrées mais non limitées à deux grands axes de recherche (tumeurs agressives et risque de cancer), ainsi qu’à la cancérologie populationnelle. registre, études épidémiologiques et essais cliniques. Le développement des activités de recherche fondamentale et appliquée dans le domaine de l’oncologie repose sur un travail collaboratif avec des institutions nationales et internationales et sur la formation avancée des professionnels de la santé et de la recherche.

L’expertise des groupes de recherche de l’IPOL en génétique, biologie cellulaire et moléculaire, manipulation animale et pratique clinique centrée sur le patient, appuyée par des infrastructures et des équipements de recherche modernisés, garantit un développement continu de projets de recherche répondant à des défis sociétaux de plus en plus importants. Depuis 2013, IPOL est membre fondateur du consortium de recherche iNOVA4Health (www.inova4health.com) avec iBET (Instituto de Biologia Experimental e Tecnológica), Center for the Studies of Chronic Diseases (CEDOC) et ITQB (Instituto Tecnológico de Química e Biologia) tous deux de la NOVA Medical School. L’objectif principal de ce consortium est d’atteindre l’excellence en médecine translationnelle, amplifiant ainsi les domaines d’intérêt et les applications de recherche de l’IPOL.

Le service d’hématologie de l’IPOL est un centre de référence pour la diagnostic et traitement des tumeurs hématologiques au Portugal. Parmi les quelque 1 000 nouveaux patients accueillis ici chaque année, 50 % sont des lymphomes. Le centre possède une vaste expérience et expertise dans le traitement des patients de première ligne et en rechute, y compris la chimiothérapie conventionnelle, l’immunothérapie et la transplantation hématopoïétique autologue et allogénique. L’équipe est également expérimentée en recherche clinique, participant régulièrement à des essais cliniques de phase 2 et de phase 3 dans les lymphomes. Les activités de recherche sont développées avec le soutien de l’unité d’essais cliniques de l’hôpital. La CTU prend en charge le développement, la coordination, la gestion et l’analyse statistique des projets, ainsi que les tâches de soumission et d’approbation. Il est intégré au Centre de Recherche de l’hôpital, structure expérimentée dans la gestion de projets collaboratifs.

Une partie importante des soins réguliers aux patients atteints de lymphome est la surveillance et la gestion des toxicités tardives du traitement, y compris les maladies cardiovasculaires et les tumeurs malignes secondaires. La surveillance de la cardiotoxicité dans le cadre de ce projet sera suivie par les membres de l’équipe du projet à l’hôpital da Luz. Dans le domaine de la recherche clinique sur le lymphome, le centre travaille en étroite collaboration avec des groupes coopératifs académiques, dont la Lymphoma Study Association, LYSA (étant un membre actif de ce groupe), l’European Hematology Association – Lymphoma Study Group (EHA LyG), l’European Mantle réseau cellulaire (EMCN) et l’EORTC. L’équipe participe à des projets translationnels, des essais cliniques et des études observationnelles. Actuellement, le centre démarre un projet de validation des questionnaires de qualité de vie EORTC pour la population portugaise de patients atteints de lymphome et dans le projet QUALITOP, un projet coopératif européen multidisciplinaire visant à surveiller les aspects multidimensionnels de la qualité de vie après l’immunothérapie anticancéreuse, qui a été financé en 2019 par le programme Horizon 20/20.

Royal Philips est une entreprise leader dans le domaine des technologies de la santé qui se concentre sur l'amélioration de la santé des personnes et sur l'obtention de meilleurs résultats dans tout le continuum de la santé, depuis les modes de vie sains et la prévention jusqu'au diagnostic, au traitement et aux soins à domicile.

Philips s’appuie sur une technologie de pointe et des connaissances approfondies sur les cliniques et les consommateurs pour fournir des solutions intégrées.

Basée aux Pays-Bas, la société est un leader de l’imagerie diagnostique, de la thérapie guidée par l’image, de la surveillance des patients et de l’informatique de santé, ainsi que de la santé grand public et des soins à domicile. Philips a généré un chiffre d’affaires de 18,1 milliards d’euros en 2018 et emploie environ 77 000 employés avec des ventes et des services dans plus de 100 pays.


Philips Healthcare est l’une des principales industries internationales qui développe des équipements d’imagerie médicale. L’unité impliquée est le département des sciences cliniques MR de Philips Medical Systems Nederland B.V. à Best, aux Pays-Bas. Le département dispose d’un accès sur site à plusieurs scanners IRM 1,5T et 3T et dispose de vastes réseaux internationaux d’utilisateurs cliniques dans plusieurs domaines cliniques (neuro, onco, cardiovasculaire, musculo-squelettique). Le département possède une vaste expérience et expertise dans l’imagerie RM et l’analyse d’images, a été impliqué dans plusieurs projets de recherche financés par l’UE.

Division de cardiologie, pneumologie et médecine vasculaire, & Division d'hématologie et d'oncologie, Hôpital universitaire de Düsseldorf.

À l’Université de Düsseldorf (DUS), un fort accent a été mi sur les projets collaboratifs nationaux et internationaux ces dernières années. Divers réseaux collaboratifs cardiovasculaires de grande renommée se sont constitués et sont aujourd’hui actifs. Cela inclut le précédent Centre de Recherche Collaborative (CRC) 612 (« Analyse moléculaire de la fonction et du dysfonctionnement du myocarde »; Porte-parole : Pr Schrader), qui a fourni un apport majeur en termes de modèles animaux, d’imagerie fonctionnelle et métabolique de la souris (par exemple avec l’IRM), le CRC 1116 (« Master switchs in heart ischemia » ; Présidents : Prs. Fischer, Kelm, Goedecke), qui fournit actuellement le cadre de la recherche moléculaire sur l’infarctus abordant l’interférence avec les comorbidités et le métabolisme myocardique, l’IRTG 1902 (« Intra- et la communication interorganique du système cardiovasculaire »; Présidents : Prs. Gödecke et Leitinger) et le CRC «transregio » TR259 récemment fondé avec les universités de Cologne et de Bonn sur les maladies aortiques (Présidents : Prs. Nickenig, Kelm et Baldus).

Tous les départements et instituts axés sur le cardiovasculaire du campus sont unifiés dans une structure unique (l’Institut de recherche cardiovasculaire de Düsseldorf, CARID, président: le professeur Kelm) qui soutient, renforce et intensifie la recherche cardiovasculaire interdisciplinaire à Düsseldorf. Des membres de l’équipe bien connectés de l’initiative de recherche proposée à Düsseldorf sont impliqués dans les projets mentionnés ci-dessus (par exemple Kelm, Jung, Bönner) et fournissent une expertise dans la recherche cardiovasculaire, de la recherche fondamentale chez la souris (CRC 1116 B06, B12; TR259 B03) et porcs (BO-4264/1-1) à la recherche translationnelle chez l’homme avec un focus technique sur la résonance magnétique cardiovasculaire (RMC).

La recherche cardiovasculaire et oncologique est un domaine prioritaire à l’Université de Düsseldorf en sciences fondamentales, ainsi qu’en sciences cliniques et translationnelles. Le professeur Kelm était responsable des recommandations allemandes en réponse aux recommandations cardio-oncologiques de la société européenne de cardiologie (Der Kardiologe 2018 volume 12, pages 19-25). De nombreuses autres initiatives d’infrastructure ont fait de Düsseldorf une faculté de recherche de premier plan en médecine cardiovasculaire.

Le Centre Henri Becquerel est un Centre Français de Lutte Globale contre le Cancer (FCCC). C'est un centre pluridisciplinaire de lutte contre le cancer qui offre une prise en charge globale du patient, un continuum recherche/soins, de la performance et de l'innovation au service des patients et des traitements individualisés.

Notre centre favorise la prise en charge intégrée des patients avec dépistage, diagnostic précoce, suivi après traitement et accompagnement individualisé des patients. La recherche est l’une des missions fondamentales de notre centre pour permettre aux patients de bénéficier d’innovations diagnostiques et thérapeutiques sur la base de toutes les disciplines impliquées dans la prise en charge du cancer.

Au sein du Centre Anti-Cancer Henri Becquerel, notre service d’hématologie est un service de 50 lits hospitaliers (dont 20 lits en réanimation hématologique) et de 18 places de perfusions ambulatoires. Nous faisons partie du réseau UNICANCER de tous les centres anticancéreux de France (avec plus de 250 essais cliniques en cours sponsorisés par le FCCC et 18% des patients du FCCC qui participent à un essai clinique), ainsi que membre du Groupe «LYSA» (lymphoma study association), groupe académique de renommée internationale dans le domaine du lymphome.

Nous avons également une équipe de recherche INSERM (UMR INSERM 1245) dirigée par le Pr JARDIN, dédiée à la recherche dans le domaine de la génétique et des biomarqueurs des tumeurs malignes lymphoïdes. Nous participons à de nombreux essais cliniques thérapeutiques de toutes phases, académiques et industriels, dans toutes les hémopathies. Notre centre est labellisé INCa pour les essais cliniques de phase précoce.

Consorcio Centro de Investigación Biomédica en Red MP (CIBER) est un consortium de recherche publique créé en 2006 sous la direction de l'Institut de santé Carlos III (ISCIII, la principale entité de recherche publique responsable du financement, de la gestion et de la réalisation de la recherche biomédicale en Espagne), promouvoir l'excellence en recherche et constituer une masse critique de chercheurs dans le domaine de la biomédecine et des sciences de la santé.

Organisé en 11 domaines de recherche dont Maladies Cardiovasculaires (CIBERCV), Bioingénierie, Biomatériaux et Nanomédecine (CIBERBBN), Santé Mentale (CIBERSAM), Maladies Hépatiques (CIBEREHD), Diabète et Maladies Métaboliques (CIBERDEM), Maladies Rares (CIBERER), Maladies Respiratoires ( CIBERES), Santé publique et épidémiologie (CIBERESP), Obésité et maladies métaboliques (CIBEROBN), Cancer (CIBERONC), Fragilité et vieillissement en bonne santé (CIBERFES), CIBER est le plus grand réseau de recherche en Espagne.

CIBER compte plus de 800 employés dévoués et 6 000 chercheurs associés intégrés dans plus de 400 groupes de recherche de pointe. Grâce à sa structure en réseau, CIBER est capable de rassembler plus de 100 institutions associées différentes, notamment des hôpitaux, des centres de recherche, des centres de technologie, des institutions privées et des universités sélectionnées pour rejoindre le consortium CIBER sur la base de leur excellence.

CIBERCV est le domaine dédié aux maladies cardiovasculaires du CIBER. Le CIBERCV s’est attaché à atteindre les objectifs suivants: faciliter et promouvoir les collaborations conjointes entre les chercheurs fondamentaux, cliniques et épidémiologiques; promouvoir l’utilisation partagée d’installations technologiques de pointe; appliquer les résultats de la recherche à la pratique clinique et; former une nouvelle génération de chercheurs cardiovasculaires translationnels en Espagne. À l’heure actuelle, CIBERCV se compose de 40 groupes de recherche et sa stratégie de recherche repose sur 4 programmes de recherche, où RESILIENCE s’intègre parfaitement:

Hospital da Luz Learning Health (GLSMED) se consacre à la formation avancée des professionnels, à la recherche translationnelle et à l'innovation, dans les domaines de la prestation et de la gestion des soins de santé.

Learning Health vise à promouvoir la génération et la diffusion de connaissances, de technologies et de pratiques plus avancées en matière de soins de santé, contribuant à l’amélioration de la sécurité des patients et de la qualité des soins. HLUZ.LH est le centre de formation, de recherche et d’innovation de Luz Saúde, l’un des plus grands prestataires de soins de santé privés au Portugal, avec 30 unités (dont 15 hôpitaux privés, un hôpital du Service national de santé exploité dans le cadre d’un programme de partenariat public-privé , 12 cliniques externes privées et deux résidences seniors). HLUZ.LH, en tant que centre d’innovation du groupe Luz Saúde, contribuera au succès de la présente proposition en soutenant les interactions entre les différents hôpitaux du groupe et les chercheurs associés à cette proposition à RESILIANCE. De plus, HLUZ.LH dispose d’une équipe avec une solide expérience pour combler le fossé entre la recherche et la pratique clinique. L’équipe d’essais cliniques de HLUZ.LH a coordonné plus de 140 essais cliniques incluant plus de 400 patients.

L’hôpital phare da Luz Lisboa matérialise le paradigme des soins de santé de Luz Saúde, réunissant un hôpital de soins aigus et un hôpital résidentiel dans un complexe de santé intégré.


Hospital da Luz Lisboa offre tous les services médicaux et chirurgicaux, en mettant l’accent sur des domaines différenciés organisés en centres d’excellence multidisciplinaires, ce qui contribue à une approche complète et intégrée des patients et est déterminant pour la qualité des soins de santé fournis.

LCE participe à travers une collaboration avec le CNIC qui est un réseau mondial de 83 organisations de patients de 52 pays. Sa branche européenne LCE s'associe à ce projet pour s'assurer que les besoins et les attentes non satisfaits des patients sont bien intégrés, en s'appuyant sur la diversité des cultures et des croyances à travers l'Europe.

LC, un réseau mondial de groupes de patients atteints de lymphome, a été formé en 2002 et incorporé en tant qu’organisation à but non lucratif en 2010. Son objectif explicite est de créer des conditions d’information équitables dans le monde entier et de faciliter une communauté d’organisations de patients atteints de lymphome pour soutenir mutuellement leurs efforts pour aider les patients atteints de lymphome à recevoir les soins et le soutien nécessaires, en plus d’intégrer la perspective du patient dans la prise de décisions en matière de recherche et de pratique clinique. Sa vision se concentre sur l’équité dans les résultats du lymphome au-delà des frontières et sa mission est de permettre un impact mondial en favorisant un écosystème du lymphome qui assure un changement local et une action fondée sur des preuves.

Logotipo Resilience

Êtes-vous un patient participant à RESILIENCE? Vous trouverez ici des informations utiles sur les détails de votre participation, des activités spécialement conçues pour vous. Vous pourrez également contacter les chercheurs de RESILIENCE.

Utilisez notre court formulaire pour nous contacter, notre équipe lira votre demande et vous répondra dans les plus brefs délais.